RENCONTRE NATIONALE POUR LE TRAVAIL D’INTÉRÊT GÉNÉRAL

Publié par Admin le

Tig’à Rebond a participé au Forum national du TIG organisé par l’association Chantiers Passerelles le 27 juin 2018. Cette journée qui a réuni près de 250 participants, avait pour but de clôturer le Tour de France du TIG, au cours duquel l’enjeu était de promouvoir le Travail d’Intérêt Général et de faciliter les rencontres d’acteurs impliqués à mettre en avant cette peine alternative.

 

Le Forum a été l’occasion de présenter les diverses actions visant la promotion du TIG. Comme l’a exprimé dans son bilan Léa Grujon, Responsable du Forum du TIG et du projet de Tour de France du TIG « ce tour était aussi l’occasion de montrer que la société civile s’implique pour cette alternative intelligente à l’incarcération ». Le Forum a également permis d’apporter un bilan sur la prononciation et l’application du TIG aujourd’hui et d’entendre les témoignages d’acteurs variés confrontés au Travail d’intérêt général.

Le Forum a été ouvert par l’ancien Garde des Sceaux Robert Badinter, porteur du Travail d’intérêt Général, qui a vu le jour en 1983. Si l’ancien ministre croit en la capacité du TIG d’apporter une véritable réponse pénale aux infractions commises, il souligne pourtant l’échec du TIG à devenir une réelle alternative à la peine privative de liberté, le TIG ne représentant que 6 % des peines prononcées. D’où la nécessité de promouvoir TIG et d’encourager les acteurs de la société civile à le mettre en place.

Plusieurs tables rondes ont été organisées :

 

  • Le Travail d’Intérêt Général, l’affaire de tous: il est ressorti des discussions entre plusieurs intervenants présidents d’association (comme Emmaüs France ou les Resto du Cœur) qu’il était particulièrement nécessaire de promouvoir une meilleure communication entre les différents acteurs de la justice et les collectivités locales.

 

  • Le Travail d’Intérêt Général doit-il devenir la peine alternative de référence? Les acteurs de la justice qui sont intervenus ont présenté le TIG comme un processus d’éloignement du parcours de la délinquance, en permettant aux individus de développer leur capital social et humain et de leur donner une perspective d’intégration sur le marché de l’emploi. Ils ont relevé toutefois que les structures d’accueil restent parfois peu adaptées aux différents profils des Tigistes : une insuffisance qualitative est mise en avant, et pas seulement quantitative.

 

  • Vers une agence de Travail d’Intérêt Général: Catherine Lupion, directrice du SPIP de la Gironde a notamment mis en avant le manque de communication entre les magistrats du tribunal correctionnel et le Juge d’Application des Peines, qui est responsable de la validation du travail d’intérêt général. Si elle émet des réticences sur une Agence nationale, à savoir que cette agence transforme le TIG en une peine prononcée de façon industrielle, elle reconnaît que

l’Agence pourrait aussi être utilisée comme un outil facilitant le travail pour les SPIP, sans pour autant remplacer le travail effectué au niveau local.

Le Forum a été l’occasion de remettre des prix de l’initiative TIG, dont le premier prix a été remis aux Fermiers de la Francilienne, qui accueillent tous les ans plus de 150 personnes dans leurs fermes urbaines et participent ainsi à l’insertion sociale de personnes en difficulté.

Enfin, Adeline Hazan, contrôleuse générale des lieux de privation de liberté, est intervenue pour dresser un dur bilan de la prison aujourd’hui en France, en mettant notamment en avant les problèmes de surpopulation carcérale et la nécessité de sensibiliser le public sur les réalités de la prison.

(Photos : Miguel bermudez, 27 juin 2018)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *