Tig’à Rebond participe au concours de la Fabrique AVIVA

Publié par Tig'a Rebond le

TIG’A REBOND – association pour l’insertion des personnes condamnées à des peines de Travaux d’Intérêt Général (TIG) – est retenue pour participer au concours de la Fabrique AVIVA.

L’action de TIG’à Rebond

L’association TIG’ à Rebond propose une réponse positive et innovante pour l’insertion sociale et professionnelle des personnes condamnées à des peines de Travaux d’Intérêt Général (TIG)*. Le bénéficiaire (Tigiste) est accompagné par l’association pendant sa peine, afin de lui permettre de valider ou d’initier un projet professionnel pendant la réalisation du TIG ; mais aussi après, pour l’aider à accéder à un emploi et / ou à une formation pré- qualifiante, afin qu’il se reconnecte avec son tissu social et économique.

En misant sur une approche privilégiant l’écoute et l’accompagnement sur le long terme plutôt que sur la répression, l’association permet de prévenir la délinquance et de lutter contre la récidive, avec un impact positif aussi bien pour les personnes concernées par le TIG que pour la société toute entière !

Aidez-nous à promouvoir cette vision positive de l’insertion sociale et professionnelle, en votant pour notre projet sur le lien ci-dessous, et en le partageant, pour nous permettre d’atteindre la barre des 10 000 votes, nécessaires pour passer la première étape !

aviva.fr/LaFabrique

Les votes sont ouverts le mardi 06 mars, à 10h.

Merci pour votre aide !

* Qu’est-ce qu’un TIG et quel est son objectif ? Cela consiste pour la personne concernée, à effectuer des heures de travail non rémunérées au bénéfice de la société civile. C’est donc une alternative à la prison, uniquement pour des délits mineurs (tous les délits punis d’une peine d’emprisonnement et pour certaines contraventions de 5ème classe, notamment pour dégradations volontaires), qui permet de prévenir la délinquance, mais aussi d’éviter la récidive par le biais de l’insertion sociale et professionnelle.

Pour information, la surpopulation carcérale est un problème majeur qui ne cesse de s’aggraver. Au 1er octobre 2017, la France comptait plus de 70 000 détenus pour 59 000 places, ce qui représente un coût considérable puisqu’une journée de prison pour une personne détenue est estimée à 100 €, tandis que le coût moyen d’une mesure en milieu ouvert, notamment les Travaux de TIG, est estimé à 31 €. Pourtant, à plus de trente ans d’existence, le TIG reste sous-utilisé malgré son potentiel avéré : il représente moins de 7 % des peines prononcées.

Le travail peut consister à :

  • Améliorer l’environnement naturel (jardinage…),
  • Réparer les dégâts liés au vandalisme (peinture, vitrage…),
  • Entretenir le patrimoine, (restaurer un bâtiment historique…),
  • Travailler auprès de victimes d’accidents de la route, notamment dans le cas d’une infraction routière,
  • Effectuer des actes de solidarité (aides aux personnes défavorisées…).

{Pour plus d’info sur le TIG : http://www.justice.gouv.fr/le-travail-dinteret-general}

 

Catégories : News

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *